Les pratiques restauratives / En pratique / Autres méthodes
AUTRES METHODES

Autres methodes de pratiques restauratives

 

ATTITUDES DE COMMUNICATION RESTAURATIVES


 

Opter pour une communication plus sereine


Au quotidien, la communication existe dès qu’il y a relation à autrui.
La communication est interpersonnelle et collective : que ce soit entre adultes, entre élèves, avec son enfant ou ses élèves, le langage et les méthodes restauratifs favorisent l’échange serein et franc.

L’écoute, le non-jugement, la neutralité, la bienveillance, l’empathie, le respect, la coopération sont autant de savoirs-êtres propices à une communication positive et restaurative. Plus le climat sera restauratif, plus les mots seront sincères, vrais et constructifs. Il est primordial que chaque personne se sente au cœur de l’échange pour qu’elle soit à même d’exprimer ses ressentis, citer ses besoins. Ces derniers sont personnels et doivent être entendus et respectés afin que chacun trouve ses propres compétences pour signifier des demandes voire des changements.

 

LA COMMISSION EDUCATIVE RESTAURATIVE


 

S’engager collectivement vers une solution qui convient à chacun


Des commissions éducatives sont mises en place dans les établissements scolaires du second degrés (collèges et lycées). Leur objectif ? Amener l’élève à mesurer les conséquences de son comportement inadapté au sein de l’établissement afin qu’il trouve les solutions nécessaires à un changement positif. Cette instance n’a pas vocation à proposer de sanction mais recherche avant tout des solutions éducatives.

A l’occasion de la mise en œuvre des pratiques restauratives, certaines situations d’élèves ont été étudiées sous un angle nouveau : la commission éducative restaurative. L’enjeu est le même, mais elle crée un cadre différent où l’échange est facilité pour chacun des membres qui la compose.

Ce qui change avec la Commission Educative Restaurative :
Tous les participants (professionnels de l’établissement scolaire, l’élève et ses parents) sont assis en cercle.
Après un temps d’accueil réalisé par le chef d’établissement, un (e) facilitateur (trice) formé (e) aux pratiques restauratives anime la commission en distribuant la parole grâce au bâton de parole.

Le chef d’établissement (ou son représentant) expose les faits reprochés à l'élève. S’en suit alors un processus déterminé où des questions restauratives sont posées successivement à tous les membres de la commission, en commençant par l'élève et sa famille.

Chacun étant au même niveau de parole, celle-ci circule plus facilement, elle est plus authentique et profonde.
Grâce au principe de non-jugement évoqué en début de commission, les parents expriment leurs difficultés et leurs besoins avec véracité. Ils ne se sentent pas remis en question dans leur éducation. Ils expriment plus aisément ce qu’ils ressentent quant à la situation de leur enfant et savent demander de l’aide lorsque cela se présente.

L’élève entend les points de vue de chaque adulte. Exprimés avec respect, non-jugement et dans un esprit de construction, il écoute et réussit à exprimer plus facilement ce qui est compliqué pour lui dans son quotidien d’élève. Il prend davantage conscience de ses difficultés et expose, tout comme les autres membres, ce dont il a besoin pour avancer sereinement.

La coéducation est au cœur de cette rencontre : chaque membre de la commission fait des propositions adaptées pour que la situation de l’élève s’améliore.

L'élève en saisit certaines et s'engage à travers un plan de réparation, remis à tous les membres de la commission et partagé à l'ensemble des enseignants de la classe.

L'élève bénéficie ensuite d’un accompagnement par le professeur principal et le ou la CPE afin que les engagements pris ne restent pas lettre morte mais qu'ils constituent un vrai chemin d'amélioration pour lui.

 

LA SALLE DE MEDIATION


 

Un lieu neutre au service des pratiques préventives et restauratives


Lorsque cela est possible, il est judicieux de pouvoir créer un lieu neutre dans lequel se déroulent les temps de médiations et de cercles de parole. Habiller les murs d’affiches en lien avec l’expression des émotions, des besoins, la résolution coopérative des conflits… est un élément favorable à la compréhension et l’implication de chaque participant dans les pratiques restauratives.

Cette salle, coupée d’une organisation institutionnelle quotidienne, permet de s’accorder et donner du temps à l’échange. L’attention accordée à chacun est d’autant plus forte et de qualité. La personne se sent accueillie et libre de parler, sur le temps dont elle a besoin. Le principe de confidentialité est respecté.

Ce lieu est repéré par les enfants, adolescents et adultes. Cette reconnaissance leur permet parfois de solliciter, par eux-mêmes, des médiations ou des cercles de parole.
Cet espace est un facteur supplémentaire favorisant l’écoute, le dialogue et le respect permettant la résolution pacifique de conflits.

NOS MÉTHODES

actualités

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou d'autres traceurs afin de réaliser des statistiques de visites.    En savoir plus    OK